Twitter devient diffuseur TV : pourquoi cette stratégie est vouée à l’échec

Article publié initialement sur MediaCulture.fr

twitter-social-tv-strategie-mediaculturefr

En proposant la diffusion d’évènements en direct, Twitter change de paradigme. Jusqu’alors plateforme qui permettait à d’autres de communiquer, Twitter cherche maintenant à attirer une audience en propre. Cette stratégie ne sert ni les usagers, ni ses partenaires.

Twitter poursuit sa stratégie de live streaming. Le site de microblogging vient en effet de conclure un nouvel accord pour diffuser trois émissions de Bloomberg.

Ceci fait suite à ses annonces récentes d’acquérir les droits de diffusion de gros évènements américains. En 2016, Twitter va diffuser en streaming 10 matches de football américain du jeudi soir, co-diffuser les conventions démocrates et républicaines, et négocierait aussi avec la NBA et la MLS (football)…

Lire la suite

Publicités

Canal+ n’a pas finit de souffrir : Et si Youtube achetait des droits sportifs ?

Eric Schmidt l’affirme, Youtube est prêt à diffuser en Live des compétitions sportives très grand public. Il cite pêle-mêle Baseball, Football américain et Basket, qui draineraient effectivement plus de trafic que le Curling ou l’Ultimate Fighting, que la plateforme diffuse déjà. Avec en ligne de mire le développement de la 4G, qui pourrait accélérer la consommation de live sur les supports mobile.

Après ces incursions sur les plates bandes de Hulu et Netflix, Youtube s’attaquerait-il à ESPN et consort ?

Breaking Bad, ou la mort de la stratégie de l’exclusivité

Une audience moyenne très loin du pic de fin

Le dernier épisode de la série culte Breaking Bad a été diffusé dimanche aux Etats-Unis, par la chaine AMC. Il a été vu par plus de 10 millions de téléspectateurs.

Breaking Bad est une série unanimement reconnue pour ses nombreuses qualités, notamment de Story Telling, et a reçu plus que sa part de récompenses. Pourtant si on se penche sur les chiffres uniquement, on aurait du mal à le croire :

Saison 1

Saison 2

Saison 3

Saison 4

Nbre moyen de téléspectateurs

1,2 M

1,3 M

1,5 M

1,9 M

On constate effectivement que la série est de plus en plus suivie au fil des années… Mais on reste loin des 10,3 millions de téléspectateurs finaux. La cinquième et dernière saison était divisée en 2 parties. Le dernier épisode de la 1ère partie a battu un record avec 2,98 Millions de téléspectateurs. 50% de plus que la moyenne de la saison précédente.

Lorsque la série reprend, avec le lancement de la partie 2, ce sont 5,9 Millions de téléspectateurs qui sont au rendez-vous ! Jusqu’à atteindre les plus de 10 millions donc pour l’épisode final. Qu’est-ce qui s’est passé en l’espace de quelques mois, de quelques épisodes ?


La clé : une diffusion multi canal

Il faut voir d’encore plus haut. Ce qui s’est passé
+ c’est 4 ans d’accès à la série via Netflix.
+ C’est un deal de syndication avec Sundance Channel qui rediffusa les 4 précédentes saisons de la série à partir de Mars dernier.
= C’est 4 ans d’excellent bouche à oreille associé à la disponibilité de la série (c’est à dire la possibilité pour les oreilles de « rattraper » ce que les bouches leur conseillaient).

Enfonçage de porte ouverte : la consommation de la télévision a changé. Mais l’a-t-on compris en France ?
De ce côté de l’Atlantique, on mise sur l’exclusivité : « Cette série, le seul endroit où vous pouvez la voir c’est chez nous. Le seul moment où vous pourrez la voir, ce sera demain (et avec de la chance pendant 7 jours en rattrapage…) ». C’est la stratégie de la rareté contre la stratégie de la distribution maximale.

Les décideurs au sein de nos diffuseurs sont trop accrocs à la guillotine Médiamétrie. Parmi les séries françaises qui connaissent un grand succès, on retrouve beaucoup de séries de Canal+ (Engrenages, Mafiosa, Bracquo, Borgia, …). Ce n’est pas un hasard : la chaine n’est pas dépendante des recettes publicitaires et pratique la multi-(re)diffusion.
Avec l’émergence de nouvelles chaines et des nouveaux écrans, la concurrence de l’attention a changé. Et il me semble que celui qui gagne, c’est celui qui occupe le terrain.

Laissons le pouvoir au spectateur !

Là, c’est Kevin Spacey qui le dit, au nom de Netflix et de leur série commune House Of Cards :
Les 20 épisodes étaient disponibles au même moment et le spectateur peut les regarder quand il veut, autant qu’il veut.
Le début d’un nouveau modèle de distribution, fortement inspiré par la consommation vidéo web.

Une émission de télé-réalité diffusée uniquement sur les réseaux sociaux

Il s’agit de @Summer Break, qui sera diffusée sur les plateformes sociales comme Twitter, Instagram, Tumblr, YouTube ou Vine.

Le principe ?
Les prime-time ou quotidiennes de 40 à 120 minutes, c’est terminé. A la place, un flux d’infos continu jour et nuit sur Twitter / Facebook, et un épisode (webisode) d’une minute quotidien, sur Youtube. Des photos en pagaille sur les autres réseaux sociaux.

C’est AT&T qui finance ce programme dont le budget tournerait autour des 5 millions de dollars.

Pas d’enfermement. On va suivre des ados pendant leur vacances d’été, entre autre aussi via leurs propres comptes Twitter.

Es-ce que ça veut dire que c’est le début de la fin de la télé ? Je ne crois pas. C’est une réponse de marketeux à la problématique suivante : AT&T veut toucher une cible jeune. Et où trouver les 12-20 ans ?

Youtube, l’avenir du cinéma ?

Steven Spielberg et Georges Lucas prédisaient il y a quelques jours l’apocalypse pour Hollywood. Serait-ce l’avenir ?