Choisir sa pub avec Yahoo, Hulu et Vivaki

Des tests avaient déjà été menés sur Hulu notamment et semblaient concluant, l’Ad Selector promet du nouveau dans l’univers de la monétisation du contenu vidéo.

C’est Vivaki, la branche dédiée au Brand Content de Publicis qui propose l’Ad Selector et estime son potentiel de revenu pour 2010 à 100 millions de dollars. Cet outil permet à l’internaute de choisir sous quel forme il va être soumis à la publicité : lecteur brandé, publicité dans la vidéo, pre-roll, etc. Il permet aussi de choisir la publicité, selon que vous êtes plutôt bande-annonce ciné ou publicité décalée.

Le modèle est proche d’un Google Adwords, l’annonceur ne paie que si sa publicité a été vue (choisie). Pour que le succès soit au rendez-vous, l’outil nécessite le plus d’annonceurs possibles. Or, il apparait difficile d’aller convaincre les concurrents de Vivaki de proposer cette solution à leur client, ce qui est dommage.

Yahoo, Hulu, ou encore CBS vont utiliser ce dispositif, en attendant d’autres.

Sarah BerthaultWeb Télé

Publicités

La pub sur la vidéo en ligne plus efficace que la pub télé

C’est pas moi qui le dit, c’est Nielsen. Pour cela, a été menée une étude évaluant 238 marques promouvant 412 produits au sein de 951 créations publicitaires insérées dans des épisodes de séries TV entiers diffusés à la télé ou sur le web. Nielsen a ensuite interrogé plus de 14 000 personnes afin de mesurer la notoriété de la pub, de la marque, du message et l’appétence. Et ça donne ça :

Il apparait assez clairement que, quelque soit l’objectif de la marque, l’efficacité de la publicité est meilleure lors d’une diffusion web. L’étude montre que les internautes sont plus engagés dans le programme et attentifs lorsque celui-ci est consommé sur Internet.

Mais le must, c’est de communiquer sur les deux supports. Si l’annonceur souhaite (doit ?) communiquer en télé, il voudra acheter AUSSI de l’espace sur le web pour la même publicité après avoir vu ces chiffres :

La preuve par Nielsen de la fameuse résonance médiatique, qui est amplifiée par la communication sur le web. D’où l’intérêt du Brand Content 🙂

Sarah Berthault

Complémentarité des médias

Voilà un chiffre qui donne plus de sens au « slogan » de ce blog. Ce chiffre est donné par Alan Wurtzel le patron de la recherche chez NBC-Universal, qui diffuse les JO de Vancouver aux États-Unis. Les annonceurs qui ont acheté des spots à la fois en TV et sur le web autour de l’évènement ont constaté une hausse de la mémorisation de leur marque de 16% supérieure à leurs collègues n’ayant acheté qu’un des deux médias. Télévision + Internet = mariage de raison 🙂

Sarah Berthault

Le contenu à la demande : l’avenir ?

La presse papier va mal. Cette même presse sur le web est en grosse difficulté. Bagarre des modèles : payant, gratuit, les deux à la fois… Comment sauver la presse ?

Même question pour la vidéo en ligne. Les faibles revenus liés au display ne permettent pas de supporter les couts de production d’un contenu vidéo. Même le grand Youtube ne gagne pas encore sa vie…

On voit ces derniers mois pointer une proposition pour aider ces business, c’est le contenu à la demande (content on demand). C’est ce que fait la société Demand Media, dont le chiffre d’affaires 2009 est estimé entre 200 et 300 millions de dollars. Tout tient à un algorithme (qui a dit « Comme Google ? ») qui croisera les termes les plus recherchés, les mots-clés que les annonceurs s’arrachent, l’existence de contenus qui s’y rapportent, etc. Cela donne une liste de thématiques qui sera proposée à des journalistes free-lance afin qu’ils produisent du contenu (texte ou vidéo) qui sera publié ou vendu à d’autres sites.

C’est aussi vers cela que se dirige AOL, d’après une déclaration de son CEO Tim Armstrong (qui a dit « un ancien de Google » ?). Dans ce cas, ça ressemble plus à une place des marchés de contenus, mais le principe est le même : repérer les thématiques porteuses, tant en potentiel d’audience qu’en potentiel commercial, et être le premier à en traiter.

Sarah Berthault

Yahoo déploie sa nouvelle stratégie [edit]

La personnalisation

La nouvelle campagne « It’s You » vend ceci : Yahoo, c’est ce que vous en faites. Personnalisation et remise au centre du l’utilisateur. Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? On en a déjà eu un avant goût avec le lancement de la nouvelle page d’accueil, ou les nouvelles fonctionnalités « sociales » de Yahoo Mail. Ils devraient (doivent !) aller plus loin.

Yahoo devrait doubler la diffusion de contenus vidéos originaux

Le contenu vidéo original a beaucoup de vertus que visiblement le management de Yahoo! a bien compris : Acquisition d’une nouvelle audience, Fidélisation, segmentation, et bien sûr source de nouveaux revenus !

Ça commence déjà chez Yahoo US, qui propose deux émissions web : le magazine people The 411 et le magazine musical This Week in Music.

Proposer du contenu vidéo, cela veut dire aussi investir et après l’annonce de la campagne à 100 millions $, ça va peut-être commencer à faire beaucoup pour une société que d’aucuns disent mourante.
(Variety)


Avec quel argent ?

Avec les 50 Millions de dollars par an que lui verse Microsoft suite à leur accord sur la recherche.
Avec les millions de dollars que Yahoo ne prévoit pas de dépenser en R&D. Et surtout avec les millions de dollars que Yahoo va tirer des probables ventes de ses services dont la direction estime qu’ils ne sont pas le coeur de business de Yahoo : Delicious, Zimbra, Yahoo Games, Yahoo Small Business, le shopping (la vente de kelkoo il y a un an était déjà un signe).
Cette stratégie peut-elle permettre à Yahoo de relever la tête ? Sur le papier (l’écran), oui. Reste à Carol Bartz et Yahoo à montrer ce que signifie pour eux concrètement mettre l’utilisateur au centre.

[Edit 20 oct] : Yahoo vient de virer Ogilvy qui lui a pondu sa campagne It’s You… Mais qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ?

En France tous les investissements pub sont gelés jusqu’à ce qu’une nouvelle stratégie de comm soit mise en place. On peut imaginer plusieurs raisons à cette limogeage en douceur : communiquer en offline pour du web est-il efficace ? Faire de la communication institutionnelle pour un portail est-il judicieux ? MSN communique au choix sur le mail, le messenger, en ce moment essentiellement sur son moteur de recherche, … AOL fait de la comm institutionnelle mais sur sa capacité à vendre de la pub, Google communique sur chacun de ses produits (Maps, Street view, mail, etc.), Orange sur ses contenus (campagne d’envergure sur Orange Rock Corps, sur ses séries comme Sorority, etc.), …

Yahoo ne se serait-il pas tromper en communiquant sur des valeurs ? La réponse viendra surement avec la stratégie que va développer la nouvelle agence Goodby (Omnicom).

Youtube monétise 1 milliard de vidéos vues par semaine

Le Milliard, le milliard, le milliard… C’est le mot-clé chez Google ces derniers jours.

Après l’annonce, la semaine dernière, que Youtube venait d’atteindre le milliard de vidéos vues par jour,  Patrick Pichette, Directeur Financier de Google annonce que Youtube monétise 1 milliard de vidéos par semaine. Après moult calculs savants, j’en déduis que près de 14% des vidéos vues sur youtube sont monétisées. C’est loin d’être la panacée.

Pub : au Royaume Uni, Internet dépasse la TV

Révolution ! Les revenus publicitaires consacrés au web lors du 1er semestre 2009 au Royaume Uni ont dépassé ceux consacrés au media TV.
Si en France, Internet n’est que le 3ème média en terme d’investissements publicitaires, c’est tout de même une nouvelle renversante.(Netéco)

Quels contenus pour supporter la publicité sur le web demain ?