15 astuces pour réussir votre stratégie vidéo sur Youtube

« L’engagement » dans le contenu ? L’exemple Glee

Glee est la série US du moment : des audiences au sommet , des produits dérivés qui s’arrachent et c’est aussi le programme télé le plus twitté (devant même American Idol). Les spectateurs adorent la série, mais surtout adorent en parler. Et ce phénomène est encouragé par le diffuseur, ici la Fox, depuis le début.

Dès le lancement de la série, des Pages Fan des principaux personnages étaient créés sur Facebook. Mais ils n’ont pas simplement le mérite d’exister, ils sont actifs ! Ils mettent leur statut à jour, proposent du contenu bonus, etc. Je recommande en particulier le profil de Sue Sylvester, qui est parfaitement à l’image du personnage dans la série.

Du contenu bonus également sur le site de la chaine : les chansons, les clips, les coulisses, etc.

Moins classique dans le monde de la série télé, les auditions sur Myspace (Fox !) pour 3 nouveaux rôles de la saison 2.

La chaine fait le maximum pour que les spectateurs s’approprient la série. Au delà de l’histoire (les loosers du lycée forment un groupe de chant), au delà du cast (une jolie blonde populaire, une jolie brune timide, un handicapé, un sportif, une noire, une asiatique, une grosse, un moche, un beau gosse…), les producteurs en font toujours plus pour que chacun puisse dire « Glee, c’est moi« , et surtout le dire sur le web via les réseaux sociaux.

Dernier cadeau en date pour les fans, le super lecteur vidéo : des flux facebook et twitter pendant la lecture de la vidéo, des liens vers les bios des personnages, possibilité d’acheter directement sur iTunes les chansons que l’internaute entend, etc.

Ce player est accessible en cliquant sur une vignette « super fan ». Et en plus, ils flattent l’internaute !

Twitter, le secret de « l’engagement » dans le contenu vidéo

Les consommateurs de vidéos en ligne passent plus de temps sur une vidéo s’ils sont arrivés sur celle-ci via Twitter. Selon une étude Brightcove/Tubemogul sur le premier trimestre 2010, les internautes regardant un clip en venant de Twitter regardent en moyenne 2’33 de vidéo contre 2’01 lorsque les internautes viennent de Google.

Sur des vidéos de type programmes télé, la consommation moyenne par des utilisateurs de Twitter est de 1’52, tandis qu’elle est de 1’37 lorsque les internautes viennent de Facebook, Bing ou Google.

Réseaux sociaux = meilleure affinité ≠ puissance

Pour autant, 52% des internautes ont trouvé la  vidéo qu’ils regardent via un lien dans un email, 39% par Google, 6% par Yahoo, […] 0,4% par Facebook et 0,19% par Twitter.

Facebook et Twitter ne sont pas encore de gros moteurs d’audience, mais parce qu’on partage des gouts similaires avec ses amis ou avec ses abonnés, la puissance affinitaire des réseaux sociaux est précieuse (€ $ !), y compris pour les contenus vidéo !

Sarah Berthaultréseaux sociaux vidéo