Le seul indicateur qui devrait vous préoccuper sur Youtube

Combien de professionnels du marketing sont obsédés par le temps passé sur leurs vidéos, le nombre de « likes » et de commentaires. Bien sûr, ce sont des indicateurs importants qu’il faut suivre. Mais si votre vidéo est mauvaise (ça arrive malheureusement à tout le monde), vous avez peu de marge de manoeuvre pour améliorer ces indicateurs. S’il en est un, d’indicateur, qui prime sur les autres d’après moi, c’est le nombre d’abonnés. C’est de vos abonnés que vont tomber tous les autres dominos : Ce sont eux qui vont lancer et encourager votre nombre de vues. On sait qu’ils regardent un plus grand nombre de vos contenus, qu’ils les regardent plus longtemps. Ils sont plus passionnés, donc ils ont tendance à plus « aimer », plus tendance à commenter, plus tendance à partager !

Plus d’abonnés va logiquement influer sur ces autres indicateurs mais aussi, via l’algorithme Youtube, améliorer votre présence dans les résultats de recherche et votre présence dans le ‘Top’ des chaines thématiques.

La question que vous DEVEZ vous poser maintenant est Comment augmenter mon nombre d’abonnés Youtube ?

Publicités

15 astuces pour réussir votre stratégie vidéo sur Youtube

Les 3 actions indispensables pour augmenter votre nombre d’abonnés Youtube

1- Promouvoir votre chaine
Utilisez tous vos canaux Marketing pour pousser votre chaine: les réseaux sociaux (pensez bien à Google+, vous en serez récompensé par l’algorithme Youtube), les newsletters, votre site, vos publicités, votre PLV, etc.

2- Trouver vos Fans dévoués, vos influenceurs
En proposant des collaborations, en traitant vos premiers abonnés comme des partenaires, vous allez en faire vos porte voix.

3- Systématiser le ‘Call to action’

Les professionnels du contenu ont longtemps baigné dans une culture de la passivité du spectateur (la télé, le ciné). Ils oublient une règle fondamentale du web : suggérer à l’audience son prochain mouvement.

A la fin de chacune de vos vidéos, incitez vos spectateurs à s’abonner ; sur votre site, sur votre page Facebook : invitez les internautes à s’abonner à votre chaine.

Canal+ n’a pas finit de souffrir : Et si Youtube achetait des droits sportifs ?

Eric Schmidt l’affirme, Youtube est prêt à diffuser en Live des compétitions sportives très grand public. Il cite pêle-mêle Baseball, Football américain et Basket, qui draineraient effectivement plus de trafic que le Curling ou l’Ultimate Fighting, que la plateforme diffuse déjà. Avec en ligne de mire le développement de la 4G, qui pourrait accélérer la consommation de live sur les supports mobile.

Après ces incursions sur les plates bandes de Hulu et Netflix, Youtube s’attaquerait-il à ESPN et consort ?

Youtube, l’avenir du cinéma ?

Steven Spielberg et Georges Lucas prédisaient il y a quelques jours l’apocalypse pour Hollywood. Serait-ce l’avenir ?

Netflix et Hulu doivent -ils craindre Youtube ?

Il y a quelques jours, Youtube annoncait le lancement d’une offre de chaines payantes. A raison d’1,49€ (0,99$) par mois, les internautes peuvent s’abonner à des chaines thématiques du type CarsTV ou Justice Central TV… Toutes ne sont pas accessibles en Europe.

Un pas de plus vers la monétisation de Youtube pour Google, mais un pas difficile. Face à des concurrents comme Hulu ou Netflix, Youtube fait-il le poids ?

Voici quelques raisons d’en douter :

1- Google est le numéro 1 de la monétisation d’audience. Mais l’installation d’un péage (paywall) est un autre métier, qu’il va falloir apprendre. Pendant ce temps, les autres acteurs se développent. En France, les offres de Jook Video (Groupe AB) ou Canal Play Infinity fleurissent et ils apprennent à appréhender ce marché.

2- Les internautes, en particulier les Youtubers, ne paient pas pour du contenu. Transformer des utilisateurs qui n’ont connu que la gratuité et n’ont jamais payé pour consommer des vidéos en clients, n’est pas une mince affaire. Il n’y a qu’à voir les difficultés de la presse en ligne par exemple à monétiser. De ce point de vue, un acteur comme Amazon a de l’avance, puisque ses visiteurs sont rompus à acheter ce que le site propose.

3- Youtube n’est pas synonyme de premium. Youtube, c’est des clips de Justin Bieber, des chatons, et des chorégraphies d’entrées d’église. Netflix de son côté a investit ces deux dernières années des centaines de millions de dollars dans des contenus originaux (110 millions rien que pour la série House of Cards). Quant à Hulu, il propose des programmes d’ayant-droit comme NBC Universal, Disney, Fox, Viacom, Sony ou encore Warner. N’en jetez plus. Oui, les internautes sont prets à payer pour la dernière saison de Desperate Housewives… et encore, ce n’est pas si simple. Le sont-ils lorsqu’il n’y a pas une grosse marque TV poussée au préalable par un network ?

4- Le partage de revenus n’est pas toujours favorables aux ayants-droits. Sur les chaines gratuites de Youtube par exemple, les 45% que s’adjuge Google sur les revenus publicitaires en rebutent plus d’un.
Les revenus des chaines payantes seront-ils suffisants pour séduire les producteurs ?

Ridley Scott prépare un film basé sur des vidéos d’internautes

Le crowdsourcing atteint aussi le cinéma. D’après le Guardian, Ridley Scott, Alien, Gladiator, Blade Runner, Robin des Bois (aïe), va s’appuyer sur des vidéos postées par les internautes sur Youtube pour son prochain film « Life in a day« .

Les internautes sont invités à poster leur vision d’un moment de leur vie le 24 juillet prochain. Le résultat devrait être montré en avant-première au festival de Sundance.

Après l’échec de son projet de webserie BladeRunneresque Purefold, c’est un nouveau pas pour Scott dans la convergence des médias.